•   35 rue du faubourg de Saverne
  •   03.88.66.04.90

Qu'est-ce qu'une cigarette électronique ?

L’histoire de la cigarette électronique

Le concept d'une cigarette électronique est élaboré par Hebert A. Gilbert en 1963, avec un brevet déposé en 1965 présentant le schéma d'une cigarette électronique «remplaçant le tabac et le papier par de l’air chauffé et aromatisé». Gilbert fut approché par des sociétés souhaitant fabriquer cette cigarette, mais son invention ne fut jamais commercialisée.

Le premier dispositif rendu public destiné à simuler l'utilisation d'une vraie cigarette a été réalisé en 2003 par Hon Lik, un ancien pharmacien et ingénieur chinois qui a déposé en 2005 un brevet pour une « cigarette sans fumée à pulvérisation électronique ». La technologie de vaporisation par résistance chauffante, seule technologie commercialisée pour les cigarettes électroniques actuellement, a été inventée et brevetée vers 2009 par le chinois David Yungiang Xiu avec son « Electronic Nicotine Delivery System (ENDS) ».

Les cigarettes électroniques sont pour la plupart fabriquées en Chine, dans diverses usines des villes de Shenzhen et Hong Kong. Il existe également des modèles développés et fabriqués en petites séries en Europe et en Amérique.

Comment fonctionne une cigarette électronique ?

La cigarette électronique est composée d’une batterie, d’un atomiseur, d’un réservoir et d’e-liquide.

Le principe est simple : La batterie chauffe l’atomiseur, appelé couramment résistance, cet atomiseur chauffe le liquide qui produit alors de la vapeur.

  • La batterie :

La batterie est constituée d'un accumulateur dans un bloc et équipée d'un module électronique de régulation et de protection. Lorsque cet ensemble est démontable, on parle alors de mod. Les accumulateurs pour cigarettes électroniques sont actuellement presque exclusivement de technologie lithium-ion.

Il en existe deux types :

Les batteries à voltage fixe : elles ont une décharge fixe de 3,7 Volt. Elle distribue un courant fixe et régulé.

Les batteries à voltage variable : elles ont une décharge qui varie de 3,2 Volt à 4,8Volt. Elles permettent d’ajuster la puissance suivant ses besoins.

  • L’atomiseur :

L'atomiseur est la partie qui a pour fonction de chauffer le liquide afin de générer la vapeur.

Les atomiseurs contiennent un fil résistif en nichrome, kanthal ou inox, qui entoure une mèche qui peut être en fibre de silice, en coton ou en mesh.

Quand l'atomiseur et la cartouche sont indissociables et ne forment qu'un seul composant, ce dernier est nommé « cartomiseur »

Lorsque l'alimentation est assurée à l'aide d'un système de mèches, on parle alors de « clearomiseur » . Le système de mèche est situé soit en haut pour des vapeurs qui seront tièdes à chaudes, soit en bas pour des vapeurs qui seront froides à tièdes.

Les atomiseurs sont des consommables dont la durée de vie varie énormément suivant le modèle, l'utilisation et le type de liquide.

Un dispositif de régulation du flux d'air peut être également intégré à l'atomiseur dit  « bague d’airflow »

Il existe également une famille d'atomiseurs dits reconstructibles qui permettent à l'utilisateur de configurer lui-même ses résistances.

  • Le réservoir :

C'est la partie contenant le liquide. Elle est en plastique, en verre ou en en métal et se présente sous la forme d'un réservoir à remplir, soit par le haut ou soit par le bas. Le réservoir possède deux ouvertures : une entrée d'air et une sortie pour la vapeur. La sortie est équipée d'un embout buccal interchangeable dit drip tip.

Le e-liquide.

Un liquide est composé de Propylène Glycol (PG), de glycérine Végétale (VG), d’arômes et de nicotine, en proportion variable.

La base : le propylène glycol et/ou la glycérine végétal.

Le propylène glycol est liquide, donne l'impact en gorge et révèle toute l'intensité des arômes. La glycérine végétale offre de la rondeur et de la viscosité au e-liquide, et c'est elle aussi qui influencera sur la densité de vapeur. Les proportions seront variables avec des liquides forts en PG, ils auront un grand impact en gorge et seront assez fluides, ou des liquides forts en GV, ils seront visceux et sucrés. Attention tout de même avec les e-liquides forts en GV, ils encrassent beaucoup les atomiseurs et ne sont pas conseillés avec certains modèles de cigarette électronique.

La nicotine.

Le e-liquide aura ou non de la nicotine : les taux légaux en France varient de 0mg de nicotine par millilitre jusqu’à 19,9 mg de nicotine /ml.

Les arômes.

Ce sont eux qui feront le goût que vous ressentirez en vapotant, il en existe des milliers : classiques, fruits, gâteaux, bonbons... Les créateurs de juices sont de plus en plus créatifs et nous offrent des recettes plus complexes et subtiles les unes des autres.

Suivant le fabricant, il est rajouté de l'alcool et de l’eau en infime quantité.

 


Please wait...